Votre navigateur n'est pas à jour

Veuillez mettre à jour votre navigateur

Mettre à jour le navigateur
Afficher les archives News & Seafood Insights

Les homards canadiens exemptés de droits de douane prêts pour le marché européen

11.12.2017

Quelques mois après l'entrée en vigueur de l'Accord économique et commercial global (CETA), il est encore trop tôt de prévoir l'impact qu'il aura sur les exportations de homard américain d'origine canadienne en UE. Les vrais bénéfices du CETA seront probablement visibles à l'ouverture de la saison haute de la pêche hivernale dans le Golfe du Maine, la Baie de Fundy, la partie Sud du golfe du Saint-Laurent et la côte de la Nouvelle-Écosse.

Homards canadiens

Le homard américain, Homarus americanus, se pêche le long de la côte Est d'Amérique du Nord, de la Caroline du Nord aux États-Unis à la région du Labrador au Canada.

Pêche et Océans Canada gère 45 zones de pêche au homard qui concernent 10 000 pêcheurs habilités. La pêche au homard en Atlantique est unique puisqu'elle ne repose pas sur des quotas. Elle est contrôlée via des gabarits minimum (selon le district), des limites de quantité pêchée et du type d'équipement de pêche utilisé, des périodes de repos et la protection des femelles reproductrices (protégées depuis les années 1870).

Exportations

Les États-Unis sont le principal marché d'exportation du Canada en ce qui concerne le homard (75 % / 1 278 M de dollars), suivis par la Chine (16 % / 285 M de dollars) et les pays européens (9 % / 149 M de dollars).

Les exportations de homard vivant vers l'UE devraient augmenter dans la saison à venir du fait du CETA qui a supprimé les droits de douane de 8 % pour le homard vivant. Jusqu'en 2020, les droits de douane de 6 % pour le homard entier surgelé et de 16 % pour le homard surgelé (non entier) seront progressivement éliminés, ouvrant la voie au marché européen pour ces produits.

Image

Le CETA aura-t-il un impact sur les prix du homard ?

Certains penses que l'industrie canadienne du homard sera plus concurrentielle en UE avec l'entrée en vigueur du CETA et que les prix du homard en UE baisseront.

Le chef de la catégorie Homard chez Royal Greenland, Thomas Vorre, ne s'attend pas à une variation considérable des prix européens :

« Selon moi, le CETA n'aura pas un impact important sur le court du homard en général en UE mais le prix en Europe du homard canadien vivant devrait être légèrement plus bas en raison de l'exemption des droits de douane. Par ailleurs, la demande de homard canadien vivant devrait augmenter par rapport celle de homard européen ou de homard entier cru surgelé canadien car le homard surgelé n'est pas encore exempté de droits de douane. Une fois les droits de douane supprimés pour le homard entier cru dans deux saisons, l'industrie canadienne du homard sera plus fortement concurrentielle sur le marché européen qui est dominé par des homards de l'États du Maine aux États-Unis grâce aux systèmes logistiques mis en place par les Américains. »

Thomas Vorre explique par ailleurs que le volume à destination du marché européen devrait être plutôt limité par rapport aux autres marchés du homard :

« Ce sont l'offre et la demande mondiale de homard qui déterminent le prix et dans un contexte global, la consommation en UE ne représente qu'une partie infime de la production canadienne de homards. Les principaux marchés sont les États-Unis et l'Extrême-Orient, donc la question est de savoir si une baisse globale du prix de 6-8 % engendrera une plus forte demande de homard en UE et si cela influencera l'évolution du prix. »  

Amélioration de la logistique en UE

Traditionnellement, du fait de la capacité de fret limitée au Canada, la plupart des homards canadiens sont transportés en camion vers les États de la Nouvelle-Angleterre aux États-Unis pour être conditionnés et expédiés en Europe.
Ces derniers mois, les produits de la mer canadiens ont commencé à être expédiés directement du Canada dans la mesure où de la capacité aérienne était disponible. On pense que la circulation de camions transportant les produits de la mer vers Montréal et Toronto augmentera puisque la capacité de fret à l'aéroport d'Halifax en Nouvelle Écosse est déjà saturée pour les vols à destination de l'Europe.

Royal Greenland en passe de fournir du homard vivant et du homard cuit surgelé

Le CETA entraîne de nouveaux débouchés commerciaux pour le secteur du homard chez Royal Greenland, par l'intermédiaire de Quin Sea Fisheries Ltd à Terre-Neuve. Un élargissement de la gamme de homard cru surgelé pour inclure le homard vivant et le homard entier cuit et surgelé, est prévu. Cette nouvelle gamme nous ouvrira non seulement des portes en Europe mais aussi dans le principal marché d'exportation du Canada, les États-Unis, puisque la demande de homard vivant ou cuit et surgelé y est forte.

Thomas Vorre précise : « Jusqu'à présent, Royal Greenland se concentrait sur le homard entier cru et surgelé, avec de faibles quantités de homard vivant livrées aux États-Unis aux alentours de la Fête des mères. Nous étions pris au milieu puisque le plus grand marché du Canada, les États-Unis, voulaient du homard vivant ou cuit et surgelé. C'est l'une des raisons qui a poussé Royal Greenland à chercher des moyens de vendre du homard vivant. En 2018, des essais de commande par fret aérien sont prévus pour des clients aux États-Unis, en Chine et en Europe, afin d'évaluer la configuration prévue du homard vivant. Une production de homard cuit est également prévue en 2018, et des évaluations seront effectuées régulièrement pour déterminer si une nouvelle production doit être planifiée pour 2019. »

La nouvelle gamme de homard s'adresse au segment professionnel, qui était auparavant hors d'accès en raison de la gamme qui se limitait au homard cru et surgelé.

Thomas Vorre explique : « Même si le CETA doit être considéré comme un moyen de doper les ventes de homard canadien en Europe, les marchés cibles de Royal Greenland pour cette gamme de homard cuit et vivant sont les États-Unis puis la Chine. »

Pour les produits faisant l'objet d'une exemption progressives des droits de douane dans le cadre du CETA, les droits seront supprimés par paliers annuels égaux à compter du 21 septembre 2017, date de l'entrée en vigueur du traité.
Dans le tableau ci-dessous, un exemple pour le homard entier surgelé. En effet, l'UE supprimera les 8 % de droits de douane pour le homard surgelé (entier) dans les 3 ans, en 4 paliers annuels égaux de façon à ce que le calendrier de suppression suivant s'applique :

Image

Sources:

http://www.dfo-mpo.gc.ca/fm-gp/sustainable-durable/fisheries-peches/lobster-homard-eng.htm

http://www.dfo-mpo.gc.ca/fm-gp/peches-fisheries/comm/atl-arc/report-stat-rapport/lobster-homard/index-eng.htm

http://www.dfo-mpo.gc.ca/fm-gp/peches-fisheries/comm/atl-arc/report-stat-rapport/lobster-homard/index-eng.htm

Next news: La production de cabillaud Nutaaq® affiche de meilleurs résultats
...